Rachat de Documentum par Opentext : la mutation du marché de l’ECM (Enterprise content management)

Rachat de Documentum par Opentext : la mutation du marché de l’ECM (Enterprise content management)

ecm-2

Documentum était à vendre, le bruit courrait sur le marché depuis 2 années, les résultats financiers de la branche n’étaient pas au rendez-vous et les activités ECM de feu EMC2 étaient en dehors du nouveau Cœur de cible définit par Michaël Dell : le datacenter. Mais derrière cet opportunisme financier, qui coute quand même 1,6Milliards de $ au Canadien Opentext, essayons de décrypter les tendances de fonds qui transforme le marché de l’ECM.

L’ECM a papa at-il vécu son heure ? il faut reconnaitre que les anciens grands projets fondateurs de workflow se font rare sur le marché de l’IT en 2016. Les années précédentes n’étaient pas bien meilleures. IBM-Filenet, EMC-Documentum et Livelink-Opentext, les 3 leaders historiques font plus d’upgrade de base installée que de nouveaux clients. Il est fini le temps ou la CNAM se permettait de dépenser 20M$ en Documentum rien que pour le vaccin H1N1 !!! Même leurs clients installés, se tournent aujourd’hui vers l’opensource. De grands comptes tels Air France , Intermarché (STIME) ou Amadeus, déclarent ouvertement regarder l’offre opensource avant d’envisager un upgrade ou une acquisition d’un logiciel on-premise.

L’avenir de l’ECM appartient désormais à L’opensource : les stars de demain s’appellent Alfresco ou Nuxeo et consorts. Ils tirent avantage de l’ouverture de leur code (pas de backdoor), de leur mode de tarification o(Capex vs Opex) et des solides communautés planétaires de développeurs bénévoles auxquelles elles sont adossées et qu’elles animent. Ces sociétés ont su à l’image d’un REDHAT, rendre crédible pour les entreprise un mode de développement collaboratif directement issu de la recherche universitaire. L’ECM est en train de passé à la Sharing economy, et les acteurs historiques n’y pourront rien, place à de nouveaux entrants avec des business modeles révolutionnaires.

Le Cloud entraine la mutation du marché de l’ECM. Les acteurs de l’open source s’e servent du cloud et du logiciel en mode SaaS comme plateforme de lancement pour conquérir à moindre coût rapidement de nouveaux clients dans le monde entier. Ces nouveau adeptes bénéficient d’emblée des prix ultra-compétitifs propose aujourd’hui les Cloud provider, … ; qui font s’effondrer les prix des infrastructures (22 baisses de prix chez AWS en 10 ans !!!!) . les nouveaux entrants

Les éditeurs ECM historiques dépassés face à cette double mutation. Leurs applications n’ont pas été développées pour être exploitées en mode Saas, les adapter reviendrait aussi chers que de refaire le logiciel ! Habitués de longue date à la vente de licence margeuse, ils ne sont pas structurés du point de vue des coûts , ni de l’organisation à relever ce challenge. Leurs grands alliés d’hier les SS2I (maintenant ESN) sont rapidement passées à l’ennemi et détricote avec abgnégation les applications qui les avait nourri il y a 10 ans.

L’open source c’est gratuit, mais en prestation d’intégration c’est du pain béni pour les ESN, d’ailleurs certaines d’elles qui se sont spécialisés sur ce créneau en forte croissance.

Que font les 3 leaders ? ils gagnent du temps. Les offres Cloud des 3 leaders : Filenet , Opentext et Documentum n’existent que sur le papier pas chez les clients !. Pour l’actionnaire, il est plus rentable de vendre du on-premise, que du saas, Le magazine MagIT avait calculé qu’il fallait vendre 10 fois en saas, pour retrouver le niveau de marge de la vente on-premise.

Double stratégie pour continuer à croitre sur le marché atone de l’ECM on-premise, gagner du temps et faire de la croissance externe en rachetant des concurrents dans la mouise. C’est exactement ce que vient de faire Opentext avec Documentum. Cette stratégie financière forcément gagnante à court terme pour les actionnaires, ne me semble pas porteuse d’avenir pour Opentext., les vrais enjeux stratégique pour cette dernière sont ailleurs.

Arcsys Software

Siège Social :
1, rue Claude Chappe
Parc de Crécy
69370 Saint-Didier-au-Mont-D'Or
Tél. +33 (0)4 72 54 54 29

Agence Ile de France :
12, rue Charles de Gaulle
78350 Jouy-en-Josas

Nous contacter